Orientations pédagogiques


La finalité et les objectifs

Finalité

La finalité de notre projet est d’aider et d’accompagner ces jeunes filles dans le dépassement de leurs problèmes afin qu’elles puissent se réconcilier avec elles-mêmes et leur environnement social et familial. Il vise à fournir les outils nécessaires à leur émancipation et à leur projet de vie.

Nous souhaitons leur apporter un accompagnement personnalisé dans une ambiance sécurisante et contenante qui leur permet de trouver l’équilibre nécessaire à leur épanouissement et à l’élaboration d’une identité structurée et ce afin qu’elles retrouvent leur place dans la société.

Axes de travail

Aspect « confiance et estime de soi »

  • Rompre la spirale de l’échec dans lequel peut se trouver la jeune fille à son arrivée.
  • Permettre à chacune de retrouver confiance et estime de soi. C’est sur ces nouvelles fondations que la jeune fille pourra s’emparer de sa future identité sociale et professionnelle.
  • Aider à dépasser leurs problèmes et faire en sorte qu’elles se réconcilient avec elles-mêmes et leur environnement social et familial.

Aspect relationnel

  • Offrir de solides repères afin qu’elles puissent s’épanouir et se construire une vie équilibrée.
  • Aborder les relations aux autres dans le respect de soi et d’autrui. Les autres personnes, mais également les animaux et l’environnement qui les entourent.
  • Intégrer les valeurs de la vie collective pour développer leurs compétences sociales.
  • Transmettre à chaque jeune fille le bénéfice des valeurs sociétales. Le règlement intérieur, un livret et un contrat d'accueil sont remis à l'adolescente.

Aspect vie sociale

  • Mettre en œuvre un P.P.E. (projet pour l'enfant), qui est évalué et ajusté chaque fois que nécessaire, et qui implique la jeune fille, sa famille, l’ensemble des intervenants internes et les partenaires extérieurs.
  • Donner l’occasion de travailler et de les accompagner dans un projet d’insertion scolaire ou professionnel afin de devenir actrice de leur projet individualisé.
  • Assurer un cadre sécurisant afin que chacune puisse s’emparer de son projet professionnel (référence au DIPC : document individuel de prise en charge).

Les supports pédagogiques

Un règlement intérieur statue de toutes les consignes à appliquer sur le lieu de vie. Il est approuvé par les adolescentes à leur arrivée.

 

C'est d'abord au travers des choses simples de la vie quotidienne que les jeunes filles peuvent apprendre et acquérir des repères. L’équipe professionnelle est engagée dans ce quotidien du fait de sa présence permanente dans le LVA. L'adolescente peut s’en saisir pour sa propre élaboration.

Tous, mineures et permanents, participent (dans la mesure de leurs possibilités) au fonctionnement de la maison. Le lever, les tâches ménagères, les courses dans les magasins, la préparation des repas, les activités,… sont autant de moments où l'adolescente est sollicitée pour partager la vie du lieu de vie. Certaines ont un goût particulier pour la cuisine, d’autres aiment jardiner ou manipuler les appareils (outils…).

L’axe majeur est l’accompagnement. Il permet de socialiser la jeune fille, de travailler la confiance en soi, l’autonomie, la citoyenneté, l’hygiène de vie, la discipline, le respect des autres. C'est d'abord au travers des choses simples de la vie quotidienne que l’adolescente peut apprendre et acquérir des repères.

C'est sur des valeurs incontournables de respect, d’exemplarité et de partage que nous axons notre action éducative vers l’accès à la citoyenneté.

La présence de l'adulte et des autres jeunes filles à ses côtés est l'occasion d'échanges et d'apprentissage du social ; chacune avec ses différences doit faire avec celles de l'autre.

Chaque jour des savoirs de base nécessaires pour l’apprentissage de l’autonomie sont enseignés.

Des activités manuelles s’articulent autour de différents ateliers. Cela permet aux jeunes filles d’avoir un premier contact avec le bricolage et le jardinage mais aussi de canaliser et de développer leurs talents et envies.

Autre axe favorisant l'épanouissement de la jeune fille et que nous avons à cœur de développer est qu'elle devienne porteuse de projets solidaires. Cela aide l'adolescente à amplifier des qualités humaines telles que l’empathie, la solidarité et le sens du partage.

Cette capacité de partage installe une relation de confiance basée sur des moments d’échange et d’écoute. Par ailleurs, elle permet une confrontation aux réalités et un apprentissage de l’autonomie.

Les journées, les semaines sont rythmées offrant ainsi un cadre structurant qui apporte aux jeunes filles les repères nécessaires à leur bon développement.

D’autres activités éducatives sont proposées et servent de médiation pour un accompagnement individualisé, adapté et contenant. Elles sont le moyen de faire émerger les capacités de ces jeunes filles souvent en échec, et de participer à leur épanouissement et à leur autonomie.

Cours de remise à niveau

Afin de pallier l'illettrisme et les ruptures scolaires, des cours, dispensés sur place par notre équipe, offrent à l'adolescente la possibilité d'acquérir ou de consolider les bases en français, mathématique, anglais et culture générale.

Les jeux de société viennent compléter cette éducation.

A plus longue échéance, et selon les cas, ils permettent à la jeune fille de pouvoir réintégrer le collège ou s'orienter dans un lycée professionnel.

Numérique

Pour pallier le phénomène d'addiction aux mondes virtuels, des ateliers d'initiation et de gestion du net démontrent à l'adolescente que le net est un outil devenu indispensable pour évoluer dans notre société.

Chacune apprend à partager le temps informatique avec les autres et à gérer son utilisation : recherche d'informations, répartition du temps d’utilisation, entretien, respect des documents de chacun. L’utilisation d’Internet se fait bien sûr sous contrôle et les jeux vidéo sélectionnés en fonction de certains critères sont autorisés, mais limités dans le temps.

Téléphone

Le téléphone fixe est un outil professionnel de communication réservé aux adultes. Toutefois, après accord d’un adulte qui peut être présent dans certains cas particuliers, la jeune fille peut joindre ses proches entre 17h et 19h30 en respectant le temps qui lui est alloué.

Le portable est autorisé si la jeune fille est raisonnable dans son utilisation. Nous le retirons le soir pour une nuit ressourçante.

Un accompagnement et soutien quotidien pour les devoirs

Souvent l'adolescente accueillie est exclue du système scolaire traditionnel ; il faut la remobiliser afin qu’elle comprenne le sens et l’intérêt du scolaire dans son parcours d’apprentissages professionnels. Sa réconciliation avec le système scolaire passe par un béquillage pédagogique soutenu, dans le but de la remobiliser.

Le LVA apporte la plus grande importance à l’aide aux devoirs pour les jeunes filles scolarisées. Chaque jour, des plages horaires « devoirs » de 17h30 à 19h00 sont respectées. L’encadrement apporte soutien et appui et permet à l'adolescente de faire ses devoirs au calme à des heures appropriées à la concentration.

Si l’adolescente n’a pas de devoirs, il lui est mis à disposition des livres de lecture ou des activités éducatives en lien à son programme scolaire.

Pour le soutien scolaire, l’équipe a pour mission d’apprendre aux jeunes filles à s’organiser avec leurs devoirs, de s’entraider entre elles, de les solliciter à utiliser les outils éducatifs mis à leur disposition.

Activités sportives et d'expressions

Ping-pong, natation, randonnée, musique, chants, danses, poésie, théâtre, tricot, couture, décoration,… participent de la vie du quotidien.

Activités de loisirs

Les week-ends et les vacances, des sorties et séjours-découvertes, sont l’occasion de découvrir d’autres régions, de faire de nouvelles rencontres et d’avoir à vivre des expériences enrichissantes.

Activités d'insertion

Elles permettent de nouer des contacts et de réparer le lien social. Elles sont l’occasion de recevoir, mais aussi de partager et de donner à leur tour. Elles prennent différentes formes :

  • Organisation de petits événements au sein de la structure (soirée à thèmes, fêtes d'anniversaire, carnaval...)
  • Participation à des clubs de loisirs ou de sports des alentours, en fonction de la demande et de l'aptitude de chacune. Ces activités permettent aux jeunes filles de tisser de nouvelles relations amicales.
  • Participation à la vie associative et festive du village, ce qui permet de créer des liens avec la population et d'échanger des savoir-faire.

Les différentes activités que nous venons de décrire, avec la prise en compte d’un accompagnement personnalisé de chaque jeune fille accueillie, participent à la construction de son existence et du lien social qui en découle.

Les sanctions

Pour être efficaces, elles devront être proportionnées, utiles, constructives, expliquées et comprises. En outre, elles devront être prises et exécutées rapidement.

Elles sont de différents ordres : travaux d’intérêt général, privations de sorties ou d’activités, service « toute seule », argent de poche...

Le règlement intérieur stipule dans ses articles les interdits et les sanctions.

Pour la jeune fille, il s'agit de prendre conscience des conséquences de ses actes et de devenir responsable de ses agissements.

Les repas

En dehors du fait de s’alimenter, les repas permettent d’être ensemble pour manger, d’apprendre à partager et à communiquer. C’est un temps qui privilégie les confidences sur la base de l’échange et de l’écoute.

Les jeunes filles accueillies ont vécu la plupart du temps dans un monde désocialisé où la simple action de mettre la table en groupe relève de l'inconnu.

Elles apprennent à exprimer leur point de vue en face d’adultes encadrant. Cet apprentissage délicat permet à l'adolescente, en situation de désaccord, de se familiariser à un mode de communication paisible et apaisé.

La table est donc un lieu de restauration au sens fort du terme.

Les soirées

Ce sont des temps privilégiés.

Le moment qui précède le repos de la nuit est un temps où remontent tous les espoirs réalisés ou déçus, les satisfactions, les échecs et l’angoisse de se retrouver seule avec soi-même, avec un sommeil qui parfois ne vient pas, avec les inquiétudes du lendemain...

C’est un moment de bilan naturel, qui peut être paisible ou agité, selon ce qui s’est passé dans la journée. Si le lever n’est pas un moment facile, la soirée l’est parfois tout autant car la jeune fille peut être confrontée à des émotions inattendues.

La disponibilité de l’équipe doit être encore plus grande qu’à tout autre moment de la journée et ce afin d’éviter que ne dérive l’inquiétude personnelle vers les autres membres du lieu de vie.

La fin de semaine et les vacances scolaires

Les week-ends et mercredis après-midi sont dédiés aux activités proposées par le lieu de vie. Lorsque le projet individuel et les objectifs fixés pour chaque jeune fille le permettent, la fin de semaine et les vacances scolaires peuvent être des moments de retour en famille avec accord du service gardien.

Des camps sont organisés, pour celles qui ne rejoindraient pas leur famille.

Espaces privatifs et collectifs

Les jeunes filles doivent appliquer les articles du règlement intérieur.

L'apprentissage du respect et de l'entretien des espaces privés et collectifs, permet à l'adolescente d'acquérir les bases fondamentales du bien vivre en société.

Espaces d'autonomie

Des espaces d'autonomie sont mis en place dans le lieu de vie. Lors des pauses et des « temps libre », les jeunes filles peuvent profiter de ce moment pour agir ou se détendre selon leurs goûts.

Lors de sorties, cet espace est autorisé au cas par cas, selon le comportement de l'adolescente au sein du LVA.

La famille

Des visites médiatisées s'inscrivant dans le cadre de mesures de protection de l'enfant et permettant d'offrir un espace de rencontres parents-enfants sécurisé, sont organisées. Pour cela, un travail incluant le lieu de vie et le référent éducatif, en partenariat avec la famille est indispensable. Avant la rencontre, une évaluation fine de la problématique familiale, des traumatismes et ruptures vécus par l'enfant est posée. Pendant la rencontre, le représentant du lieu de vie doit être en mesure de faire tiers et contenance. Des capacités d'empathie et d'élaboration requises pour protéger l'enfant et les parents de la répétition des dysfonctionnements qui ont motivé le placement lui sont également nécessaires.

La famille intéressée au P.P.E., est susceptible d’être impliquée ou pas selon les dispositions judiciaires mises en application.

Les courriers ainsi que les appels téléphoniques sont soumis aux directives du juge des enfants.

Un calendrier des droits de sorties de la jeune fille est établi par le référent ASE et validé par l'inspecteur Enfance.


Le partage des compétences

Les compétences des permanents sont partagés avec les jeunes filles accueillies selon leurs intérêts. Ces savoir-faire relèvent de différents domaines :

  • Jardinage : préparation du sol, semence, arrosage, compost,…
  • Bricolage : rénovation, décoration,…
  • Artistique : théâtre, clown-théâtre, conte, arts plastiques, musique...
  • Transformation de produits : pâtés, pain, desserts...
  • Bien-être : relaxation, méditation,…
  • Utilisation de l’outil informatique.

L’acquisition de certaines de ces techniques et pratiques constitue un enrichissement personnel et peut être utile pour une future insertion sociale et professionnelle des jeunes filles accueillies.


Préparer l'avenir

Il s’agit de transmettre les meilleures « clés » à ces jeunes filles pour leur permettre de s’accomplir dans leur vie professionnelle et personnelle en leur proposant une palette de possibilités. Dans cette optique, des stages en entreprise et des formations pratiques sont mis en place durant leur séjour afin de les aider à avoir une vie autonome. Cette dynamique favorise la réussite de la transition vers l’âge adulte en fournissant à l’adolescente la nécessité de trouver sa voie.

Le LVA s’appuie sur un réseau de structures d’apprentissage (filières professionnelles de l’éducation nationale, centres de formation d’apprentis…) et d’entreprises.

Par ailleurs, des professionnels viennent à leur rencontre et présentent leur métier afin de susciter des vocations.

Par la découverte des métiers, des stages en entreprises, l’adolescente développe des relations avec le monde du travail et l’environnement culturel afin de préparer son entrée dans la vie active. Le lieu de vie favorise les passerelles vers les structures de droit commun, les structures d’apprentissage, etc...

Cette période doit prendre en compte la fragilité émotionnelle de la jeune fille qui se voit devenir responsable de sa vie. Une attention des plus soutenues doit lui assurer le soutien nécessaire à cette transition.


Goélands Lieu de vie pour adolescentes en grandes difficultés