Le personnel et les réunions


Le personnel permanent

Le lieu de vie est ouvert toute l’année. Une responsable permanente épaulée de deux assistants permanents, d'un éducateur technique et d'une maîtresse de maison assurent la continuité de l’accueil selon un planning de rotation. Les permanents dorment sur place.

En effet, pour les permanents des lieux de vie, la législation est particulière, le principe même de la permanence étant difficilement compatible avec les 35 heures hebdomadaires. C’est pourquoi les permanents ne sont pas tenus à un temps de travail hebdomadaire maximum, mais uniquement à un nombre de jours de travail maximum de 258 jours par an (loi du 6 mars 2007).

Ce sont donc cinq personnes au total qui assurent l’encadrement, avec des activités spécifiques définies dans le projet personnalisé de chaque jeune. Des camps sont organisés durant les vacances scolaires.

Lorsque les jeunes filles sont absentes du lieu de vie dans la journée (prises en charge par l’école, le collège, centre de formation, etc… entre 8h et 17h) la responsable permanente ou le permanent d’astreinte devra être joignable à tout moment pour répondre aux appels des différents partenaires et effectuer les démarches administratives et de gestion.

Si une jeune fille ne peut pas se rendre à une activité extérieure prévue (maladie, absence d’un professeur, grève, ou même difficulté temporaire d’adhérer à cette activité) elle reste au lieu de vie et est prise en charge par la personne de permanence. Elle participe à la vie de la maison selon ses possibilités, comme il est prévu dans le contrat de séjour.

A l'exception de Padma (Corinne) Laveissière, fondatrice et directrice de l’association « Les Goélands », chaque assistant permanent ou éducateur technique, est formé ou doté des diplômes requis, ou en cours de VAE.

Les stagiaires, les bénévoles et les wwoofers

L’accueil de stagiaires des professions sanitaires et sociales, ainsi que de bénévoles de l’association ou de wwoofers, permet de diversifier et d’individualiser certaines prises en charge suivant les compétences et le désir de chacun. Le lieu de vie ne saurait demeurer une structure close et figée ; il se veut un espace ouvert aux échanges et à de nouveaux développements. C’est un lieu vivant.


Les fonctions du personnel

  • Faire preuve d’exemplarité
  • Etre disponible
  • Ouverture d’esprit
  • Avoir une qualité d’écoute de la parole de l’adolescente
  • Accepter de soumettre leur pratique professionnelle à une supervision régulière (la capacité de pouvoir se remettre en question permet de répondre efficacement et sereinement à la souffrance du jeune et assure à l’équipe un soutien solide dans cette tâche difficile).

Le simple fait que les adolescentes puissent vivre les unes avec les autres, de s’inscrire dans des activités ou d’aller à la rencontre de l’autre, demande un travail précis, rigoureux et suffisamment élaboré pour intégrer l’imprévu et la surprise. Le travail au quotidien auprès des jeunes filles demande une attention constante de la part des membres de l’équipe éducative.

Les membres de l'équipe organisent et suivent des activités avec certaines jeunes filles. Ils veillent aux trajets et aux déambulations de celles-ci.

Les moments des repas et des changements d’équipe sont souvent source de tension importante. L'équipe veille à ce que l’agitation ne s’amplifie pas.

La participation de chaque jeune fille nécessite une présence importante de l’adulte à ses côtés. Aussi chaque moment de la journée - le lever, les toilettes du matin, le petit déjeuner, les repas, les activités, le coucher - demande la mise œuvre de dispositifs spécifiques permettant à chaque jeune fille de réaliser ces actions du quotidien. En effet, le professionnel est à même de connaître, par son implication dans le lieu de vie, la façon dont chaque jeune fille est apte ou pas quant à la mise en œuvre de ces pratiques.

De plus, tout ce travail extrêmement précis doit être effectué sans donner l’impression d’être présent. Une trop grande attention peut être vécue sur le mode de la persécution.

C’est à partir de ce travail de tous les instants, de la difficulté qu’il pose et des avancées qu’il permet, que s’organise notre mission éducative.


La formation

La formation constitue également un facteur important d’équilibre. Elle permet de confronter et d’enrichir sa pratique. Elle en garantit l’ouverture. Une pratique qui s’efforce de se penser permet d’enrichir l’expérience. C’est dans le fil de ce vécu auprès des jeunes filles que nous envisageons des actions de formation qui nous donneront l’occasion d’avancer dans nos axes de recherches.

Cette dimension de formation se met en œuvre lors de séminaires, de colloques ou d'autres formes de formation dans le sens d’un accroissement de connaissances, mais aussi dans les interventions qui nous sont demandées, telles que la rédaction d’articles ou l’organisation de cours.


Les réunions

Chaque lundi soir, une réunion avec les adolescentes est aménagée pour entendre leurs désirs, leurs difficultés et leurs ressentis de la vie du groupe... Ceci permet également d’organiser les activités (de la semaine, des week-ends et des vacances) et de procéder à la répartition des tâches selon leurs souhaits et leurs capacités.

Le vendredi de 15h00 à 17h00, une réunion de transmission permet à l’équipe d’échanger des informations, d’organiser les activités, de faire les bilans d’observation et d’élaborer des projets individualisés pour chaque jeune fille.

Une fois par mois a lieu, la réunion de coordination qui permet d’établir le bilan mensuel et de définir les grands axes de la période à venir.


Goélands Lieu de vie pour adolescentes en grandes difficultés