Fonctionnement


Catégories de bénéficiaires

Le lieu de vie et d'accueil accueille 6 mineures de 13 à 18 ans.

Les critères d'admission sont les suivants :

  • Toutes nationalités ou origines géographiques
  • Toutes religions

La priorité est donnée au département.


Le public accueilli

C’est donc un public d’adolescentes vulnérables que nous accueillons dans le lieu de vie.

Nous envisageons l'accueil de sororités lorsqu'un placement conjoint des enfants de la sororité a été retenu comme bénéfique pour chacune.

En effet, si dans certaines situations de tensions ou de mésententes, il s'avère indispensable de séparer les sœurs, dans d'autres cas, le placement conjoint peut être source de protection pour l'adaptation psychosociale des enfants.


Type d'accueil

En fonction du profil des jeunes accueillies et de leurs besoins, le LVA souhaite créer du « sur-mesure » pour mieux répondre aux besoins particuliers de la jeune fille dans le respect de sa singularité.

Les problématiques

Lorsque l’on regarde de plus près qui sont les jeunes filles que nous accueillons, nous remarquons des problématiques différentes et souvent cumulées :

  • Absences de repères
  • Carences familiales, affectives, éducatives
  • Maltraitance, sévices, abandons

L'adolescente est accueillie, entendue et reconnue avec son histoire. C’est le « vivre ensemble » qui permettra à la relation de se créer.

La diversité du public accueilli comporte certains avantages, tel qu’un enrichissement des unes et des autres par le partage de vie des jeunes filles aux problématiques et âges différents.

Les liens avec la famille

Le placement est préparé avec le référent éducatif de l’ASE, avec autant que possible, l’accord de la famille. En effet, l’accueil d’une jeune fille en LVA doit respecter les liens avec sa famille, selon les éventuelles directives judiciaires. S’il en est ainsi, nous veillons à intégrer cette donnée dans la singularité du cas, avec attention, vigilance et discernement.

Un accueil situé dans un cadre partenarial

Notre accueil est indissociable du travail partenarial.

Des échanges hebdomadaires sont mis en place avec le service gardien afin d’assurer le partage d’informations indispensables au suivi de la jeune fille accueillie. Un dispositif de diffusion d'informations est mis au point et répond aux besoins du suivi de l'adolescente.

Le cadre partenarial différencie les places de chacun sur un mode interactif au lieu de les différencier sur un mode hiérarchisant. Cette configuration n'est pas sans incidence sur la façon dont se structure la place de la jeune fille lui permettant ainsi d’accéder à une position de sujet, actrice de sa propre histoire.


Procédures d'admission

La prise en charge d’une jeune fille est un ensemble de facteurs qui doit être cohérent. Toutes les demandes d’accueil sont examinées et tiennent compte des problématiques des adolescentes déjà présentes.

 

L’admission se déroule ainsi :

  • Une première prise de contact par le service gardien qui présente le profil de la jeune fille, sa problématique et son projet. Cela permet de définir la pertinence d’un accueil dans le futur LVA. Un rapport préalable est établi et envoyé par le service gardien.
  • Une rencontre avec la jeune fille (en lien avec sa famille) et son éducateur référent sur le lieu de vie. Le projet de prise en charge se fait en accord avec l'adolescente.
  • Concertation immédiate de l’équipe éducative de la structure d’accueil ; la demande est examinée et une réponse est donnée dans les plus brefs délais.
  • Lorsque l’admission est entérinée, une convention de séjour est signée entre l'adolescente, l’inspecteur ASE et le lieu de vie. Dans ce contrat, sont stipulées toutes les modalités de prise en charge.

L'accueil au lieu de vie peut enfin débuter. La première phase consiste en une période d'observation de deux mois. Ce laps de temps est nécessaire pour une adaptation et une adhésion de la jeune fille au lieu de vie, avec ses pairs, les permanents et vice versa.

Le livret d'accueil personnel est remis à la mineure. Il inclut le règlement intérieur, la Charte des droits et libertés de la personne accueillie, la Déclaration des Droits de l'Enfant et la Déclaration des Droits des animaux (*).

Des temps sont alloués à l'explication des différents articles afin que l'adolescente en ait une claire compréhension. Ces grandes notions de justice et de respect incitent la jeune fille à éveiller et développer en elle des valeurs humaines, créatrices d'empathie, qui telles des graines de paix s'enracinent dans son quotidien.

Enfin, la dernière étape consiste en l’élaboration du contrat d’accueil avec le référent de la jeune fille et de l'adolescente elle-même. Ce contrat est signé dans le délai d’un mois à compter du premier jour de placement dans le lieu de vie.

(*) La Déclaration des Droits des animaux entre dans le cadre de la zoothérapie que nous mettons en oeuvre afin de permettre aux jeunes filles d'exprimer leur sensibilité et leur affection.

Les contre-indications à l'admission

Le LVA ne peut accueillir les adolescentes pour lesquelles il est impossible d’adhérer au fonctionnement précisé dans le règlement intérieur.


Méthodologie de la démarche

Les objectifs du séjour de chaque jeune fille sont personnalisés en tenant compte de sa situation, sa problématique, ses difficultés, ses points forts et ses besoins. Il s’agit d’élaborer un projet pour chaque adolescente en l’associant à la démarche et en collaboration avec le service référent.

Trois temps seront nécessaires

  • Un temps d’analyse : avant l’accueil, la situation de la jeune fille est analysée avec les services partenaires pour déterminer la pertinence et la faisabilité de l’accueil au lieu de vie. Un contrat d’accueil est rédigé, il précise les modalités d’accueil, les objectifs du placement, le projet individualisé, les modalités de mise en œuvre avec les prestations particulières et les coûts envisagés ainsi que les modes d’évaluations.
  • Un temps d’action : pendant le séjour, le projet personnalisé est mis en œuvre.
  • Un temps d’évaluation : cela consiste à vérifier l’efficacité de la démarche mise en œuvre pour la réajuster si cela semble nécessaire. Ceci est facilité par les réunions hebdomadaires de l’équipe et est discuté avec les services référents, toujours en associant l'adolescente.

Au terme du séjour, un bilan est réalisé avec le service partenaire de la mineure.


Goélands Lieu de vie pour adolescentes en grandes difficultés