La violence adolescente


"Certains adolescents vulnérables, expriment leur difficulté de vivre à travers des conduites dangereuses, dans lesquelles ils tentent de trouver leurs limites et de les repousser. Ces conduites à risques représentent le moyen d'exprimer une souffrance, de se sentir exister et de faire passer un message à leurs proches... La prise de risque ne touche pas tous les adolescents. Le risque peut être soit reconnu et assumé comme tel (consommation d'héroïne), soit méconnu et sous-estimé dans sa dangerosité (addictions, alcoolisme, vitesse au volant, etc.). La prise de risque est liée à la nécessité de se prouver qu'on est un homme ou une femme par certains comportements (grossesse, consommation d'alcool), et fait partie intégrante du processus d'expérimentations propres à l'adolescence. Ces conduites à risques ne sont soumises à aucune codification ni aucun encadrement de la part d'adultes. Elles ont pour but de favoriser l'appartenance à l'âge adulte et l'intégration sociale, mais elles peuvent également les compromettre en raison des conséquences graves qu'elles entraînent (handicap, problèmes judiciaires...)." (Caroline Sahuc, psychologue clinicienne).


L'adolescent, aujourd'hui

Extraits sur La violence à l'adolescence du clinicien Philippe JEAMMET (2005)

Goélands adolescentes en grandes difficultés et rites de passage

A l'adolescence d'un de ses membres, la famille est soumise à deux tendances contradictoires qu'elle se doit de supporter : le soutien du processus de différenciation du jeune et le maintient de la cohésion familiale. L'adolescent doit parvenir à un degré d'individuation lui permettant d'exister par lui-même tout en maintenant un lien d'interdépendance "mature" avec ses parents. Cette dialectique - entre le besoin de s'appuyer sur ses parents et le besoin de s'en différencier - devient un dilemme pour l'adolescent : comment, pour trouver la sécurité et les atouts qui me manquent, me nourrir des adultes sans être complètement dépendant d'eux ? (Lire la suite)


La surconsommation de cannabis dans le processus d'individuation de l'adolescent

Etude de Mélanie Van Pelt, psychologue clinicienne et d'Anne Courtois, chargée de cours : service de psychologie du développement et de la famille.

Goélands adolescentes en grandes difficultés et cannabis

S'embrumer l'esprit via l'intoxication cannabique revient à faire l'économie d'un travail psychique qui amènerait l'adolescent à se séparer des objets de l'enfance, à remanier ses identifications aux objets parentaux et à assumer les transformations d'un corps pubère qui précipitent l'adolescent vers le monde de la génitalité. (Lire la suite)


Goélands Lieu de vie pour adolescentes en grandes difficultés